Je m'étais promis de le faire... voilà enfin un petit d' article spécialement dédié à celles et ceux qui comme moi ont décidé de se lancer dans l'aventure du CAP couture . Je l'ai passé cette année en candidat libre, et je l'ai obtenu avec la moyenne honorable de 15/20. Pour réviser un CAP, pas évident quand on n'a ni cours ni supports, et ni même de programme de révision ! Les cours par correspondance ne m'inspiraient guère, j'ai préféré apprendre à coudre avec de vrais cours (même si ils ne préparaient pas au CAP à proprement parler) et des tonnes de Burda … et pour le reste des matières et le programme, c'est la débrouille et aussi quelques heures sur Internet qui m'ont permis de trouver une méthode de révision qui a payé ! Plein de filles adorables ont raconté leur expérience sur leur blog, et cela m'a bien aidée et réconfortée (car on a beau savoir coudre, on flippe!), à mon tour donc !

http://mariepopeline.blogspot.fr/2012/03/cap-couture-flou-en-candidat-libre.html

http://sbcreations.unblog.fr/2012/07/06/cap-couture-flou-je-suis-admise/

http://marsscouture.canalblog.com/archives/2012/01/02/23142702.html

Pour réviser …

Tout d'abord il faut savoir que si vous avez déjà fait des études (et avez au moins un niveau CAP, à plus fortes raisons le Bac), vous êtes dispensés des matières scolaires générales (maths, français...), et vous aurez 3 matières à passer : PSE, EP1(préparation d'un modèle) et EP2 (couture).

PSE : prévention santé environnement (anciennement vie sociale et professionnelle).

Cet examen se présente sous la forme de petits exercices, QCM et petits textes à décoder très logiques portant sur la santé et la sécurité au travail, mais aussi dans la vie. Il faut quelques notions de secourisme basiques, quelques notions d'hygiène de vie et de vie sociale (tenir un budjet familial ou équilibrer ses repas par exemple). Il faut surtout savoir bien lire, car les réponses sont souvent données dans les intitulés et les documents supports. Ce que j'ai fait pour réviser : sur le site du CRDP ( http://www.crdp-montpellier.fr/ressources/examens/consultation/epreuves.aspx?choixdip=5002423600 ), il y a de nombreuses annales avec parfois des corrigés … j'en ai lu, lu et relu... en m'amusant à les refaire . J'ai appris pas mal de choses (surtout sur la sécurité et la prévention des accidents du travail) J'ai surtout compris que tout était logique et relevant du bon sens dans cette épreuve. Il faut toujours garder à l'esprit que cet examen s'adresse à des ados qui s'apprêtent à faire leurs premiers stages … il est donc assez simple d'être plus raisonnables qu'eux ;)

L'épreuve est coeff 1 (sur 17 au total) et dure une heure … elle ne peut que vous faire gagner des points, et comme elle se passe généralement en premier elle sert à vous re-familiariser avec les petits bureaux bien séparés d'une salle d'examen (eh oui, moi j'étais morte de trouille, j'avais totalement oublié cette sensation!!!)

Pour cette épreuve, je n'ai pas pu garder le sujet car tout était sur polycopié à rendre... mais vous trouverez vraiment tout ce qu'il faut sur le site CRDP, cet examen varie très peu et les mêmes questions reviennent systématiquement d'une année à l'autre ! Pour exemple, dans l'épreuve de cette année, il fallait : cocher un repas équilibré parmi trois (steack-frites, burger ou poisson-salade?!!) et expliquer en quoi il était plus sain... expliquer l'intérêt et les désavantages d'un achat à crédit … dire ce qu'il fallait donner comme infos aux secours en cas d'accident du travail … bref, avec du bon sens mais aussi en ayant un peu potassé les annales c'était sans souci ! Un seul détail toutefois : prenez une montre (moi j'avais oublié et j'ai traîné sur mon brouillon …et du coup j'ai terminé en hâte en voyant partir d'autres candidats... un stress bien inutile !)

L'EP1 : mise au point d'un modèle et préparation à la fabrication d'un vêtement.

Cette épreuve regroupe diverses matières : un peu d'histoire du costume, un peu d'arts appliqués, un peu de technologie des textiles, des questions sur les techniques de couture et les matériels, un peu de patronage (très simple), un peu de préparation à la coupe. Une partie est donc sous forme de polycopiés et QCM comme la PSE (et avec les mêmes évidences de logique), et d'autres exercices peuvent occasionner des découpages, et même un placement sur tissu (ne pas oublier vos ciseaux, bâton de colle et épingles!) L'examen dure 3 heures et compte pour coeff 6 sur 17 et là aussi il y a moyen de gagner des points à condition d'être un brin préparé et … logique ! Et une chose importante à savoir : en principe, on vous présente toujours comme thème un modèle qui se trouve être celui que vous aurez à coudre en EP2 (j'en ai la quasi certitude … c'est le cas dans toutes les annales que j'ai trouvé, et c'est aussi ce qui est arrivé cette année)

Pour me préparer, même méthode que la PSE : lecture d'annales et de corrigés pour cibler les choses à savoir … puis aussi lecture de quelques ouvrages sur l'Histoire du costume et la technologie des textiles, recherches internet sur les matériels (piqueuse plate...surjeteuse industrielle...), sur les matières (soie, coton, laine etc...), les codes d'entretien... et enfin pas mal de transformations de vêtements (pour créer mes modèles perso ou les costumes sur lesquels je travaillais par ailleurs) avec là aussi l'aide de ma prof du centre social mais aussi de quelques livres... bref, j'ai adopté un comportement d'étudiante, je me suis cultivée, avec plaisir et curiosité tout au long de l'année !

L'histoire du costume :

En principe, on vous propose des images de personnages en costume et vous devez les classer par époque. Cette année, c'était une série de nénettes en jupe de 1900 à nos jours (années 1900, années 30, 50, 70 et 2000)... mais j'ai vu d'autres épreuves où l'on croise des figurines pré-helléniques. Alors faites-vous plaisir , lisez un bon bouquin ! (http://www.amazon.fr/Fashion-Une-histoire-mode-siècle/dp/3836536072/ref=zg_bs_11047421_40  et http://www.amazon.fr/Histoire-costume-Occident-origines-jours/dp/2081214644/ref=zg_bs_11047421_62) ou pour gagner du temps et rester synthétiques allez sur Wikipédia et regardez des émissions à la télé, sur youtube... pour ma part, j'en ai appris 100 fois plus que nécessaire, mais la vie ne s’arrête pas au CAP et d'ailleurs j'ai pris le virus et continue de me passionner pour l’histoire de la mode !

Les « arts appliqués » :

C'est l'instant créatif de l'épreuve, sortez vos crayons de couleurs ! C'est là aussi finalement assez simple, mais ça peut être impressionnant au premier abord, notamment pour celles et ceux qui n'ont pas fait de coloriages depuis le CP ;) . Cette année, il fallait choisir une harmonie de tissus pour la jupe « Nath » (la fameuse jupe que nous avons d'ailleurs cousu par la suite!). Il fallait sélectionner des textiles d'hiver ou d'été, les classer, puis colorier un dessin à plat de la jupe en fonction de notre saison et des tissus choisis. Ce que les correcteurs chercheront à repérer est votre logique certes (et une connaissance minimale des matières), mais aussi si vous savez un peu comment rendre un volume, un dégradé, si vous savez reconnaître une symétrie … ils ne s'attendent pas à un rendu de virtuose mais là encore à des réponses sensées ! Mon conseil : prenez le temps de bien regarder le sujet et tous les documents supports avant de vous jeter sur les réponses car dans mon cas, bien que sachant dessiner le stress m'a fait aller un peu vite... la jupe avait des passepoils que je n'ai pas mis en évidence car je n'ai pas suffisamment regardé le détail du modèle avant d'empoigner mes pastels !! Rien de dramatique cependant … je pense avoir juste perdu quelques dixièmes de point !

La Technologie et les matériels

C'était un QCM à rendre … là aussi beaucoup de logique. Cette année, c'était sur la thermocolleuse industrielle … et comme la plupart des candidates j'ai découvert ce jour là l'existence de cette machine !!! Mais rien de grave, car le document ressource était la notice, et presque toutes les réponses au QCM étaient sur le mode d'emploi ! Pour mes révisions, j'avais potassé des notices sur la piqueuse plate http://sbcreations.unblog.fr/2012/04/23/la-piqueuse-plate/ (rassurez-vous, cela m'a servi tout de même, faites-le!)

Il fallait ensuite choisir un pied presseur et l'aiguille adaptée pour coudre notre jupe selon les textiles précédemment choisis et l'existence des passepoils... j'avais choisi du coton, et ai reconnu un pied ganseur semblable à mon matériel familial... donc je pense avoir répondu correctement.

Par mes révisions, et mon propre travail, je connaissais les différents types d'aiguilles et de pieds, ce qui m'a aidée.

J'ai presque été déçue de ne pas avoir de questions sur les matières (naturelles, artificielles, les armures...) car je les avais bien révisées (là aussi Wikipédia et un bouquin: http://www.amazon.fr/Technologie-textiles-I-Brossard/dp/2100037064)... mais je vous conseille de le faire, ces sujets reviennent très souvent... et puis c'est passionnant et ça rend moins bête quand on va faire ses emplettes de tissu ou qu'on a une cliente à conseiller !

Les épreuves de préparation

Tout d'abord, un petit schéma de montage à faire avec un choix technique de couture (un profil de montage d'une bande ceinture surpiquée)... j'avais étudié des gammes de montages pour l'EP2, donc j'ai à peu près su dessiner un schéma, mais je me suis embrouillée sur la proposition et je pense que j'ai proposé une solution un peu idiote (un point glissé inutile, le genre de bêtise pas grave que je fais parfois en bossant et qui me fait surtout perdre du temps... là j'ai du manger quelques points... mais bon le résultat me fait dire qu'on peut s'autoriser à perdre deux trois petits points!!!)... cela dit, ces schémas, il est très utile de vous familiariser avec : regardez-bien les gammes EP2 !

Ensuite, il y avait un petit patron à tracer (c'est toujours le cas). Là c'était un capucin (une enforme sur la fente au dos de la jupe) … pour le patron, on vous donne en principe toutes les consignes, il faut suivre cela à la lettre comme une recette de cuisine, et sans improviser ni créer ! Si comme moi vous avez déjà modifié des modèles voire même patronné, il faut presque oublier votre savoir, car ce n'est pas un diplôme de modélisme, mais de couturière en milieu industriel qui sait appliquer des consignes que vous passez.

Après le patron, un patronage (c'est à dire : on ajoute les valeurs de couture qui sont données, le droit-fil, le nom de la pièce tracée) … j'ai eu des doutes sur les valeurs car je n'avais pas encore bien compris comment la pièce était montée... puis j'ai vu (au dernier moment) qu'il y avait un schéma de placement des pièces de la jupe sur le tissu dans les docs : la réponse était clairement dessinée là ! Alors je le répète : regardez bien TOUS les documents !!! Quand au nom de la pièce, j'ai bêtement oublié de l'écrire (stress de l'exam)... eh oui, ne pas stresser c'est la clé, toutes mes âneries sont nées de là, et j'ai eu malgré tout ce CAP haut la main : alors j'espère que mon article et quelques tisanes vous amèneront d'un pas léger à votre centre d'examen:))

Enfin, dernier exercice : un placement de patron sur le tissu. Respect du droit fil et de l'ordre donné des pièces (ne surtout pas improviser!). Ceci, en principe, toute les filles qui cousent savent le faire...

img001

img002

img003

img004

img005

img006

 

L'EP2: mise en œuvre d'une fabrication

Voilà la fameuse épreuve qui fait peur ! 2 jours entiers, et sur machine industrielle... coeff 10/17 et avec une gamme de montage industriel aussi... avant toute chose : on se détend! Je vais vous rassurer sur tout un tas de trucs …

Premièrement, si vous cousez, vous savez à peu près monter un vêtement, suivre un petit Burda par exemple... alors pas de panique, on va juste vous demander de faire une chose que vous savez et aimez faire ! Si vous vous appliquez bien, vous y arriverez bien avant le clap de fin (donc pas la peine de se précipiter)

Deuxièmement, en arrivant, vous savez déjà à peu près ce que vous allez coudre (nous c'était la jupe « Nath », dont j'avais eu le temps la veille de bien regarder les pièces données dans le sujet EP1 (bon, je n'ai pas l'entière certitude de ceci, mais aucun contre exemple non plus !)

Troisièmement, la piqueuse plate (et les matériels) : ils sont très semblables à votre machine perso, sauf que c'est plus doux, plus performant, plus pratique … ça coud mieux, repasse mieux... juste une bricole : la surjeteuse industrielle est disons … très puissante, prudence ! De plus les machines sont enfilées et réglées pour coudre tout doux...

Bref, ne pas paniquer (j'ai perdu pas mal de temps parce que j'étais impressionnée quand même;))

Pour réviser le montage, j'ai regardé des tonnes d'annales, essayé de les décrypter mentalement puis de cerner les points que je connaissais mal (par exemple une poche, un col, une fente indéchirable...). Comme on n'a jamais les patrons des sujets d'annales sur le net, je trouvais par ailleurs un vêtement aux difficultés semblables et je faisais soit une pièce d'étude, soit une fringue (pour moi, ma fille, une copine...) J'ai mêlé l'utile à l'agréable de la sorte ! Les vidéos de l'académie de Poitiers sur YouTube  m'ont bien aidé : elles sont géniales ! J'ai aussi eu la chance d'obtenir le patron de l'épreuve 2013 via une copine : j'ai pu tester l'épreuve complète sur la veste 2013 ce qui m'a bien rassurée ! Essayez-donc de voir si par un centre d'examens ou d'anciens candidats cela est possible... c'est super utile !

Quand aux gammes de montage, il faut en lire quelques unes pour comprendre leur logique, le vocabulaire (par exemple une pièce à retourner est dite « coulissée »...) et les schémas.

Enfin, j'ai pris RDV avec une prof dans un lycée professionnel près de chez moi, et l'ai questionnée sur son programme d'enseignement. Très sympa, elle m'a montré un peu les points abordés en couture et le matériel : rien ne vaut une telle démarche pour se préparer et voir un peu où on en est par rapport aux élèves de CAP... Pour essayer une piqueuse plate, cela n'a pas été possible, mais j'ai trouvé un magasin de tissu sympa qui m'a permis de passer 3h sur sa piqueuse. Et le jour J, les examinatrices ont été compréhensives : celles qui le voulaient ont pu arriver 1/2h avant pour découvrir leur poste de travail.

Concernant l'épreuve proprement dite, il y a deux ou trois choses à savoir … par exemple le premier jour les examinatrices virevoltent autour de vous... en fait elles évaluent votre manière de travailler. Essayez tant que possible d'être organisée, d'éviter les aller-retour machine-table pour rien, de laisser votre plan de travail en bazar … on a de source sûre toutes paumé des points en organisation (et certainement toutes eu quand même notre diplôme...) Prenez des petites chaussures plates, un petit pansement au cas où … et prenez surtout bien votre temps pour étudier la gamme avant le premier coup de ciseau ! N'essayez pas d'aller vite : vous avez presque le temps de faire le vêtement 2 fois … mais n'hésitez pas à vérifier vos assemblages aux épingles, re-mesurer le patron en cas de doute … pour la jupe par exemple, il y avait un effet d'embu sur les poches... la plupart des filles ont cru qu'elles avaient mal coupé et ont effacé l'embu. J'ai perdu 1/2h à vérifier patron et assemblage, mais je n'ai pas fait l'erreur de l'embu ! D'ailleurs, vous avez les pauses de midi et un soir pour discuter avec les autres … c'est parfois utile (attention toutefois : discuter à la pause oui, mais oubliez les autres pendant l'épreuve, ça ne peut que vous déstabiliser et même vous faire faire des erreurs : chacune bosse à son rythme et les filles rapides qui ont l'air à l'aise peuvent faire des bêtises malgré tout !)

Le premier jour a été éprouvant pour moi, même si je savais que le tissu était facile (un liberty) et le vêtement simple … mais l'ambiance d'exam était là … le soir et le lendemain matin, j'ai décidé de l'oublier... et le second jour a été un vrai plaisir. Super machines, atelier baigné de lumière et spacieux, mon montage avançait, j'avais du temps... et aucun « malheur » (type surjeteuse méchante) ne m'est arrivé. C'est arrivé à d'autres candidates, et comme l'une d'entre elle est mon amie, je peux vous le dire : elle a eu confortablement son CAP malgré un défaut sur la jupe... un défaut coûte quelques points, mais si cela vous arrive surtout ne lâchez rien : c'est l'ensemble de votre montage qui est noté, pas seulement un pépin sur un assemblage !

Comme j'ai vraiment pris mon temps pour finir, et que l'ambiance était plus détendue, j'ai osé interroger les examinatrices sur mon travail en partant. A leur sourire bienveillant, j'ai compris que mon boulot était correct … ce qui ne m'a pas empêchée de grelotter devant mon ordi trois semaines plus tard avant de consulter les résultats !!!

Alors voilà, je joins tous les éléments que j'ai gardé pour que vous vous fassiez une idée de l'épreuve 2014, et si vous suivez mon blog, vous verrez prochainement la jupe. Elle était super jolie et comme j'ai le patron, je vais m'en faire une petite en souvenir !

J'espère en tous cas vous avoir confortés dans l'idée de passer ce CAP … une fois qu'on l'a, on est contente, et on se sent plus armée pour bosser, plus convaincue qu'on n'est pas seulement une petite couturière du dimanche !!!

 

img007

img008

img009

img010

img011

img012